Aller au contenu principal

Les croyances et affects lors de la création d'un panel sensoriel

Objectivité et subjectivité

Dans toute démarche scientifique, il est important de prendre d'immenses précautions. A ce titre, un petit rappel concernant les faits et les croyances. Un fait est un évènement ou un phénomène totalement objectif, c'est à dire dénué de toute interprétation humaine. Autrement dit avec un sens d'impartialité et factuel. A l'inverse, une croyance relève d'une interprétation et de la subjectivité des individus. Au sens strict des termes est objectif ce qui appartient à un objet, subjectif ce qui appartient à un sujet.

Exemple 1: Je porte un pull vert, c'est un fait. Si certains pensent que le pull est moche ou beau, c'est leurs interprétations.

Exemple 2 : Autre exemple dans le journalisme : L'AFP publie des informations théoriquement bruts et factuelles. Ces informations sont reprises, puis suivant l'orientation et la ligne éditorialiste du média, interprétées et plus ou moins édulcorées.

Le recrutement d'un panel sensoriel se base sur des éléments factuels et objectifs.

Vous l’aurez compris : notre fonctionnement cérébral peut facilement nous jouer des tours. Mais ce n’est pas le seul ! Au-delà des automatismes de pensée communs à tous les individus, nous sommes également influencés au quotidien par nos croyances et nos opinions. Nous développons tout au long de notre vie des opinions relatives à de multiples sujets. Certains produits, certaines marques, certains pays, certains profils ou même certaines familles d’objets (comme les objets numériques par exemple) vont ainsi être associés à des opinions de plus en plus solides à mesure que nos expériences de vie se multiplient.

Risques et manque de précaution

L'un des risques ici est de sélectionner simplement les personnes parce qu'ils pratiquent tels ou tels activités, qu'ils sont forts dans tels ou tels domaines, que le responsable de service "pense" que tel ou tel personne à le bon profil, ou de chercher un prestataire en urgence pour constituer un panel en 15 jours...

Tous ces exemples ne sont pas objectifs et la source de trop nombreux biais.

Exemple avec l'automobile

Vous souhaitez employer des essayeurs qui seront amené à évaluer le niveau de confort acoustique d'un véhicule. Le seul critère objectif de sélection est de réaliser des tests de sélection, avec des niveaux et des fréquences de bruits différentes.

Sélectionner tels ou tels personnes parce qu'elles sont passionnées d'automobile ou pilote de rallye n'est absolument pas objectif. Quel est le rapport entre faire du rallye et les capacités auditives vous permettant de juger des fréquences et des niveaux sonores ? Aucun rapport !

Le risque ici est de faire de fausses associations (voir nos nombreux articles sur les biais cognitifs). Pour certains, faire du rallye est associé à la performance. Mais la performance au rallye se résume à aller plus vite que les autres d'un point A au point B. Vous pouvez être le plus rapide, mais sourd et inapte pour réaliser l'expérience qui nous intéresse. Nous voyons dans cet exemple, que de nombreux biais nous jouent des tours dans la sélection d'un panel. Nous sommes de véritables machines à créer des raccourcis et des confusions. Vigilance !

Fun Fact

C'est ainsi qu'on retrouve, chez certains constructeurs, des personnes rémunérées et chargées d'évaluer des bruits sans qu'on ne sache si ces personnes entendent physiquement les fréquences des bruits qu'elles sont amenées à juger. Et ce n'est pas une plaisanterie !

Dans notre cas, les futurs panélistes doivent donc être évalués sur des critères précis et objectifs : Identification des fréquences, discrimination des bruits par leurs natures et leurs intensités, capacité à être répétable dans le temps, c'est à dire conserver une certaine cohérence d'une session à une autre. Si et seulement si le futur panéliste répond positivement à ces tests objectifs, il intègrera le panel. Qu'il fasse du rallye ou de la danse classique n'est donc pas la question.

Contraintes

Bien évidement, sélectionner et constituer un panel de cette manière est bien plus long et fastidieux. Pour autant, c'est la seule méthode qui permette de constituer un panel crédible.

Conclusion

La sélection de panélistes sensoriels se fait uniquement à partir de critères objectifs, basés sur des tests de sélection en aveugle et sur des résultats factuels. Idéalement, ces mêmes tests sont répétés dans le temps afin de mesurer la répétabilité et la cohérence du panéliste d'une session de test à une autre.